Connecting Networks

Articles in Category: Archives Rezopole

Prolongation de l’accord d’itinérance entre Free et Orange

Le vendredi, 30 octobre 2020. Posté dans Archives Rezopole

Prolongation de l’accord d’itinérance entre Free et Orange

Le 23 octobre dernier, l'Arcep a validé un avenant au contrat d’itinérance qui liait déjà les deux opérateurs. Free pourra ainsi utiliser les réseaux 2G et 3G d’Orange pour ses propres offres commerciales jusqu’au 31 décembre 2022 au lieu du 31 décembre 2020. Et ce en dépit des critiques de SFR, Bouygues Telecom ou d’autres opérateurs alternatifs regroupés au sein de l’association Alternative Telecom.

 

Pour justifier de son retard dans le déploiement de ses propres infrastructures 2G et 3G, l’opérateur fondé par Xavier Niel dénonçait pêle-mêle la mutualisation des réseaux signée en 2014 par Bouygues Telecom et SFR, les obligations de déploiement de la 4G renforcées, imposées par le New Deal Mobile, ou encore le manque de fréquences

Un argumentaire qui a fait mouche auprès de l'Arcep qui a toutefois maintenu le plafonnement des débits maxima montants et descendants atteignables par les clients en itinérance à 384 kbits.

 

Même si l'Arcep assure qu’elle « restera attentive à la poursuite des investissements de Free Mobile dans le déploiement de ses réseaux en propre », cela ne suffit pas à calmer les critiques des opposants à cette prolongation.

À commencer par la direction de SFR, pour qui « dix ans après avoir obtenu sa licence 3G, cet accord d’itinérance consenti à Free Mobile n’est que l’aveu d’un manque criant d’investissements de Free Mobile durant toutes ces années ».

De son côté, Bouygues Telecom rappelle que « l’itinérance a été conçue dès l’origine comme une mesure transitoire, avec pour seul objectif de permettre au nouvel entrant de compenser son entrée tardive sur le marché ». Or, « Free ne peut plus être qualifié de nouvel entrant sur le marché de la téléphonie mobile » et « dispose aujourd’hui d’un réseau largement comparable à celui de ses concurrents, donc tout à fait suffisant pour lui permettre d’exercer une vive concurrence » sur le marché mobile.

Tandis que les opérateurs alternatifs rappellent que la licence attribuée à Free Mobile par les autorités avait été accordée « en contrepartie d’engagements ambitieux pour animer la concurrence ».

 

Autant de critiques qui n’ont pas permis d’empêcher la prolongation de l’accord d’itinérance entre Free et Orange. Même si la direction de Free tend aujourd’hui à rattraper son retard en termes de déploiement, pas sûr que cela suffise à calmer la fronde de ses concurrents. D’autant que les récentes déclarations du PDG d’Orange concernant une possible mutualisation des réseaux 5G des deux opérateurs ne devrait pas contribuer à pacifier les débats.

 

 

 Lire l'article

 

Source : ZDNet

 

 

 

 

Pas de cœurs de réseau 5G Huawei en Italie

Le vendredi, 30 octobre 2020. Posté dans Archives Rezopole

Pas de cœurs de réseau 5G Huawei en Italie

Le gouvernement italien vient d’opposer, pour la première fois, son véto à la signature d’un accord entre l’opérateur Fastweb et Huawei pour la fourniture des cœurs de réseau 5G. Une décision laissant à penser que l’Italie pourrait revoir sa position quant à la présence d’équipements Huawei sur son réseau 5G.

Huawei avait été sélectionné par Fastweb, la division italienne de Swisscom, comme unique fournisseur du cœur de réseau. Un fait qui a sans doute poussé le gouvernement à mettre son veto.

 

Si d’autres pays comme le Royaume-Uni et la France ont déjà pris des décisions afin d’interdire, à terme, l’accès de Huawei aux réseaux 5G, l’Italie n’avait pas encore pris de décision allant dans ce sens. Cependant, certains proches du gouvernement ou acteurs du monde industriel affirment que Rome adopte de fait une ligne pro-américaine sur la 5G. Les entreprises utilisant les équipements Huawei pour leur réseau 5G sont soumises à des restrictions sur les interventions à distance pour résoudre des problèmes techniques et un seuil de sécurité extrêmement élevé.

 

Afin de pouvoir se retirer, si Rome impose des conditions trop coûteuses en échange de son feu vert, les entreprises de Télécom italiennes ont inclus des clauses de sorties dans les contrats passés avec Huawei sur la 5G. Telecom Italia (TIM) est même allé jusqu’à exclure Huawei d’un appel d’offres concernant son cœur de réseau 5G. Le gouvernement italien pourrait donc revoir sa position concernant le rôle de Huawei dans la 5G et notamment pour la partie cœur de réseau.

 

 

 

 Lire l'article

 

Source : L'Usine Digitale

 

 

 

 

Maintien de l'activité Rezopole

Le vendredi, 30 octobre 2020. Posté dans Archives Rezopole

Maintien de l'activité Rezopole

Suite aux annonces du Gouvernement (COVID-19), le bureau de Rezopole (16, rue de la Thibaudière 69007 Lyon) est fermé jusqu’à nouvel ordre.

Dans le cadre du plan de continuité et afin de maintenir opérationnels les différents IXP / NAP (LyonIX, GrenoblIX, AnnecIX & APIX), les équipes restent mobilisées en télétravail et joignables par les canaux habituels (courriel, téléphone, visioconférence).

 

Nous vous tiendrons informé.e.s au fur et à mesure des modalités d'accès et d'intervention sur les différents sites.

Pour les membres de Rezopole ayant une question technique urgente, veuillez contacter : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou appelez le +33 4 27 46 00 55.

 

Restant à votre disposition.

 

L’équipe Rezopole

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

+33 4 27 46 00 50

 

 

 

 

5G : Huawei et ZTE bannis du réseau suédois

Le jeudi, 22 octobre 2020. Posté dans Archives Rezopole

5G : Huawei et ZTE bannis du réseau suédois

Après le Royaume-Uni en juillet, c’est au tour de la Suède de bannir explicitement les groupes chinois Huawei et ZTE de son nouveau futur réseau télécoms 5G, invoquant la sécurité nationale.

Une décision prise à la suite d’un examen de l’Autorité suédoise de régulation des télécoms (PTS), associée à l’armée et au renseignement, visant à « garantir que l’utilisation des fréquences ne met pas en danger la sécurité de la Suède ».

 

Huawei et ZTE seront donc bannis de toutes les « fonctions centrales », c’est-à-dire peu ou prou l’ensemble du réseau selon l’inventaire dressé par la PTS. D’ici le 1er janvier 2025, les équipements déjà installés pouvant servir à la 5G devront être retirés. Un délai encore plus court que celui fixé par Londres, qui a donné jusqu’à 2027.

 

En chef de file de la campagne contre Huawei, les États-Unis. Depuis le spectaculaire bannissement du groupe chinois par le président Donald Trump en mai 2019, Washington encourage ouvertement ses partenaires européens à faire de même. Les services de renseignement américains craignent avant tout que Huawei ne permette aux autorités chinoises d’utiliser ses équipements pour surveiller les communications et trafics de données. Huawei assure qu’il refuserait toute demande de ce type émanant du renseignement chinois.

 

Si le Japon et l’Australie ont suivi le mouvement américain, les positions européennes restent largement divergentes et les préconisations prises par Bruxelles sont non contraignantes. Sans l’avoir exprimé publiquement, la France a en fait banni l’utilisation d’équipements Huawei pour la 5G dans les « zones très denses ». Les périodes d’utilisation des équipements seront également limitées à huit ans.

La Slovénie et la Roumanie également pris des mesures facilitant la mise à l’écart de Huawei des appels d’offres. L’Espagne, la Pologne ou la Grèce, prévoient eux en revanche que les opérateurs puissent utiliser les équipements de Huawei.

 

 

 Lire l'article

 

Source : FRENCHWEB.FR

 

 

 

 

Google révèle la plus grande attaque DDoS de l’histoire

Le jeudi, 22 octobre 2020. Posté dans Archives Rezopole

Google révèle la plus grande attaque DDoS de l’histoire

Le 16 octobre dernier, l’équipe Google Cloud a révélé une attaque DDoS qui a ciblé le service Google en septembre 2017. Ayant atteint 2,54 Tb/s, il s’agit de la plus grande attaque DDoS enregistrée à ce jour.

Les chercheurs du Google’s Threat Analysis Group (TAG) affirment que cette attaque est venue de Chine puisqu’elle avait pour origine le réseau de quatre fournisseurs chinois de services Internet (ASN 4134, 4837, 58453 et 9394).

 

Ingénieur en fiabilité et sécurité pour Google Cloud, Damian Menscher, raconte que le pic correspond à « l’aboutissement d’une campagne de six mois » qui a utilisé de multiples méthodes d’attaques pour marteler l’infrastructure des serveurs de Google. « L’attaquant a utilisé plusieurs réseaux pour usurper 167 Mp/s (des millions de paquets par seconde) à 180 000 serveurs CLDAP, DNS et SMTP exposés, qui nous envoyaient ensuite des réponses importantes ».

 

Google a révélé l’incident la semaine dernière pour différentes raisons. Tout d’abord, pour sensibiliser à la tendance croissante des groupes de cyberattaquants parrainés par des États. Mais également pour alerter sur le fait que les attaques DDoS vont s’intensifier dans les années à venir, à mesure que la bande passante disponible pour Internet va augmenter.

 

 

 Lire l'article

 

Source : ZDNet

 

 

 

 

Maîtrisez le protocole BGP !

Le mardi, 20 octobre 2020. Posté dans Archives Rezopole

Maîtrisez le protocole BGP !

Rezopole vous propose, les 17 & 18 novembre, un atelier interactif afin de vous transférer les bases du protocole BGP et vous guider vers l’autonomie IP.

 

Cette formation, assurée par des professionnels pour les professionnels, couvre le fonctionnement et la configuration du BGP sur Bird, Cisco, FFR. Ce protocole est nécessaire pour s’interconnecter sur un IXP et profiter au mieux des offres “transit multiple”.

 

Au cours de ces deux journées de visioconférence, vous abordez de manière progressive et complète les différents aspects du BGP (le peering et l’utilisation de Route Server). Vous mettez en place votre première session et découvrez les techniques pour annoncer et filtrer les réseaux, tant en IPv4 qu’en IPv6.

 

  

Tarif : 1000 € HT/participant pour 2 jours.

Cette formation est susceptible d'être prise en charge par votre OPCO (numéro d’activité de Rezopole : 84691581469).

 

Vous souhaitez participer ? Demandez un devis ici.

Clôture des inscriptions le 13 novembre 2020.

 

Programme

 

    • Rappels IP/AS/Routage
    • Détails du protocole BGP
    • Différence IGP / EGP
    • Prise en main de l'environnement de TP (frr)
    • Configuration premières sessions, FULL Table
    • Sessions de peering multiples
    • Filtrage : Prefix-list et Route-map
    • Debugs d'annonces, filtrages, boucles
    • Outils de diagnostics
    • Filtrage : AS-PATH et Route-map
    • Les communautés BGP
    • Exemples d’utilisation pour LyonIX
    • Traffic Shaping : AS-PATH prepend et désagrégation
    • Fine BGP Tuning : Convergence rapide et détection de PATHs sub-optimal / Perte de paquets
    • Déclarations de routes RIPE / RPSL / RPKI / Peering DB et filtrages associés
    • Best Current Practices de configuration switch / routeur
    • Différences entre V4 et V6 ! Pour mettre en place V6 et continuer à assurer V4.                        

 

 

 

 

Télécharger la plaquette BGP

 

 

 

 

Plan d’attaque pour la relance de Kosc

Le vendredi, 16 octobre 2020. Posté dans Archives Rezopole

Plan d’attaque pour la relance de Kosc

L’opérateur de gros, ayant pris le contrôle de Kosc à l’été 2020, s’apprête désormais à le relancer. Et le rebond de Kosc va forcément être scruté de près par les différents acteurs du secteur.

 

David El Fassy, le PDG d’Altitude Infrastructure – désormais renommé Altitude Infra, explique « Pour nous, l’acquisition de Kosc est une opportunité sans précédent d’élargir notre catalogue d’entreprises clientes dans d’autres zones que celles où nous opérons traditionnellement, et notamment dans les zones AMII ou les zones urbaines. […] Après avoir battu le record de commandes de Kosc en septembre, nous souhaitons désormais enrichir son catalogue d’adressable en FttE et FttO, sur lesquels Kosc n’était pas très présent jusqu’à maintenant ». Parmi les autres objectifs fixés figure le développement de la couverture de Kosc sur les zones AMII de SFR avec, à terme, l’ambition de pousser le dégroupage total de l’opérateur de gros.

 

Altitude Infra souhaite faire de l’API de Kosc l’agrégateur le plus complet d’infrastructures de télécommunications, à la fois pour ses grands comptes (comme OVH) mais aussi également pour les TPE. En effet, ces dernières constituent le bassin de développement économique le plus important du marché des télécoms d’entreprises.

Pour ce faire, l’opérateur wholesale prévoit un investissement massif de 100 millions d’euros sur cinq ans dans Kosc. Xavier Grossetete, qui officiait depuis 2017 au sein de Jaguar Network, a été nommé directeur commercial et sera chargé de dynamiser le recrutement de nouveaux clients.

 

« Avec Kosc, nous devenons le guichet unique des opérateurs, avec une offre de couverture sur l’ensemble du territoire », indique David El Fassy, confirmant son intention « d’investir et de peser dans la durée sur le marché de la fibre optique, mais aussi de développer de nouvelles offres et services pour les entreprises ». Le plan proposé par Altitude Infra doit permettre à Kosc un retour à un Ebitda positif, ainsi qu’un chiffre d’affaires compris entre 80 et 100 millions d’euros en 2022.

 

 

 Lire l'article

 

Source : ZDNet

 

 

 

 

SFR condamné : plus de doute entre le câble et la fibre

Le vendredi, 16 octobre 2020. Posté dans Archives Rezopole

SFR condamné : plus de doute entre le câble et la fibre

Le 8 octobre dernier, la Cour d’appel de Paris a ordonné à SFR d’envoyer un courrier à certains abonnés les informant qu’ils peuvent résilier leur contrat d’accès à Internet fixe de manière unilatérale. Capital nous apprend que si l’opérateur résiste, il devra payer 500 000 euros par jour de retard.

 

Cette procédure judiciaire a été initiée en janvier 2018 par son concurrent Free. En effet, bien qu’un arrêté réglemente l’usage du mot fibre depuis 2016, SFR aurait continué à entretenir un certain flou dans ses offres commerciales.

L’usage du terme FttB (Fiber to the Building) lui également est reproché puisque, dans certains cas, sa fibre n’irait pas jusqu’en bas de l’immeuble mais seulement jusque dans une armoire de rue.

 

Aujourd’hui SFR revendique 3,1 millions de clients en fibre optique de bout en bout (FttH) et 13,8 millions de lignes éligibles au Très Haut Débit.

 

 

 Lire l'article

 

Source : 01net

 

 

 

 

Sobriété numérique : priorité pour le gouvernement

Le vendredi, 09 octobre 2020. Posté dans Archives Rezopole

Sobriété numérique : priorité pour le gouvernement

L’impact du numérique sur l’environnement pèserait à hauteur de 1 % sur les émissions mondiales de gaz à effets de serre (GES) – 2 % en France. Afin d’endiguer cette tendance, le secrétaire d’État au Numérique, Cédric O, et la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, ont lancé le 8 octobre une feuille de route pour s’y atteler.

 

Le premier axe consiste à « objectiver l’empreinte numérique », c’est-à-dire de rendre visible quelque chose d’immatériel et donc de quantifier exactement cette empreinte et d’améliorer la méthodologie de quantification. L’Ademe (Agence de la transition écologique) et l’Arcep rendront leurs conclusions sur la façon dont on peut informer les consommateurs sur l’impact de leurs usages numériques fin 2021.

 

La deuxième priorité est l’allongement de la durée de vie des appareils en incitant à leur réparation, leur réemploi et en luttant contre l’obsolescence programmée. Ainsi, les opérateurs seront tous tenus de massifier et systématiser la collecte dans leurs boutiques et de mener des campagnes de sensibilisation.

Par ailleurs, le plan de relance prévoit de consacrer 21 millions d’euros pour soutenir la filière du réemploi et de la réparation en France. Le gouvernement va également mener des négociations au niveau européen afin de réduire la TVA sur les produits reconditionnés.

 

Cependant, il n’est pas question de restreindre par la force les usages des Français. Le mot d’ordre est d’inciter la population à changer ses pratiques en faisant preuve de pédagogie.

L’une des nouveautés du projet de loi de finances de 2021 sera d’obliger les data centers à mettre en place des mesures ambitieuses concernant leur efficience énergétique et la récupération de la chaleur s’ils veulent bénéficier d’un tarif réduit sur leur consommation.

 

Le principe de l’éco-conception doit également être généralisé. Pour cela, l’Ademe va lancer deux appels à projet auprès des entreprises. Les entreprises écoperont ainsi d’un bonus ou d’un malus suivant qu’elles prendront en compte ou non l’éco-conception. Elles seront aussi incitées à signer la Charte Numérique Responsable qui comporte un ensemble de bonnes pratiques pour un numérique plus responsable.

L’initiative Planet Tech Care a également été lancée pour mettre en relation des entreprises et formations du numérique avec des experts pour les aider gratuitement à réduire leur empreinte environnementale.

 

Enfin, le gouvernement veut croire que le numérique et l’innovation peuvent devenir des outils au service de l’environnement. Il prévoit de renforcer le dispositif GreenTech Innovation qui sera doté d’un fonds de 300 millions d’euros géré par la banque publique d’investissement Bpifrance pour favoriser et financer des starts-up vertes.

 

Certaines pistes vont maintenant être débattues et de nouvelles mesures sont attendues d’ici la fin de l’année.

 

 

 Lire l'article

 

Source : 01net

 

 

 

 

Pas de collecte indifférenciée des données de connexion

Le vendredi, 09 octobre 2020. Posté dans Archives Rezopole

Pas de collecte indifférenciée des données de connexion

Les données de connexion permettent d’identifier quiconque ayant contribué à la création d’un contenu comme son adresse IP, sa géolocalisation, ses relevés téléphoniques ou encore le numéro de ses contacts fréquemment appelés. Très utiles lors d’une enquête, ces informations personnelles peuvent permettre d’identifier l’auteur d’une infraction ou récolter des preuves.

 

Mais voilà, la Cour de justice de l’Union européenne vient de juger que les États n’ont pas le droit d’imposer aux opérateurs une obligation de transmission et de conservation généralisée et indifférenciée des données de connexions des internautes.

 

La loi du 24 juillet 2015 offre la possibilité aux services de renseignement français de se voir transmettre en temps réel les données de connexion d’une personne identifiée comme une menace. Une obligation qui pèse sur les opérateurs et qui inquiète de nombreuses associations sur les pouvoirs conférés aux services de renseignement. C’est pourquoi la Quadrature du Net a saisi le Conseil d’État estimant que la législation française violait le droit européen.

Sollicité à la fois par le tribunal chargé des pouvoirs d’enquête au Royaume-Uni, le Conseil d’État et la Cour constitutionnelle belge, la Cour de justice de l’Union européenne s’est donc penchée sur la validité du régime de conservation des données au regard du droit européen.

Et cette nouvelle décision ne fait que confirmer les principes déjà posés en avril 2014 dans son arrêt Tele2 Sverige AB. « La directive du 12 juillet 2002 […] s’oppose à une réglementation nationale prévoyant, à des fins de lutte contre la criminalité, une conservation généralisée et indifférenciée de l’ensemble des données relatives au trafic et des données de localisation de tous les abonnés et utilisateurs inscrits concernant tous les moyens de communication électronique », tranchait la cour de justice.

Ces obligations de transmission et de conservation généralisée et indifférenciée constituent « des ingérences particulièrement graves dans les droits fondamentaux garantis par la Charte » tels que le droit au respect de la vie privée.

 

En résumé, les autorités judiciaires et de renseignement ne peuvent plus demander la transmission des données de connexion aux fournisseurs de services de communications électroniques à quelques exceptions près. En effet, dans le cas d’une “menace grave pour la sécurité nationale” ou “d’activités de terrorisme”, les États peuvent enjoindre les opérateurs de conserver les données de connexion.

Néanmoins, deux conditions sont posées : « La décision prévoyant cette injonction, pour une période temporairement limitée au strict nécessaire, doit faire l’objet d’un contrôle effectif, soit par une juridiction, soit par une entité administrative indépendante », tranche la cour. L’organe chargé du contrôle devra vérifier « l’existence d’une de ces situations ainsi que le respect des conditions et des garanties prévues ».

 

Une décision avec des conséquences très importantes pour les services judiciaires et de renseignement, en particulier sur les procédures en cours qui pourraient être arrêtées net ou leurs actes frappés de nullité.

 

 

 Lire l'article

 

Source : L'Usine Digitale

 

 

 

 

Quel plaisir de se retrouver !

Le lundi, 05 octobre 2020. Posté dans Archives Rezopole

Quel plaisir de se retrouver !

Une table ronde des plus instructives pour ce RezoGirls #13 dont le thème était « E-réputation : gare à l’effet boomerang ! ». Tendances, conseils, outils, analyses du phénomène… Nos 3 intervenant·e·s ont partagé avec l’assistance toutes leurs bonnes pratiques afin de gérer au mieux sa réputation en ligne.

 

Les intervenant.e.s :

  • Antoine Gouy est designer freelance orbitant dans les domaines du jeu-vidéo, du Web et de la pédagogie
  • Fanny Loubaton est spécialisée en Intelligence Économique et experte des réseaux sociaux
  • Marie Marcotte est avocate à Lyon, notamment dans le droit du Numérique et du e-commerce

 

Un grand merci à toutes et tous les participants.e.s pour leurs interactions teintées de bonne humeur. Les échanges avec les intervenant.e.s furent tout à la fois cools et érudits dans un climat vraiment détendu.

Merci également à 1Kubator pour notre partenariat et à Exoflow pour la mise à disposition de leur salle baptisée « Bakassable Lyon Centre » ; un espace moderne, atypique et chaleureux afin de développer la créativité dans un environnement de travail collaboratif. L'endroit idéal pour les RezoGirls !

 

Cliquez ici pour découvrir les meilleurs clichés.

 

 

 

 

Photographe : Marine-Agathe GONARD / AGATHE PHOTOS

 

 

 

 

Fréquences 5G : l’État empochera au moins 2,65 milliards

Le vendredi, 02 octobre 2020. Posté dans Archives Rezopole

Fréquences 5G : l’État empochera au moins 2,65 milliards

Au soir de la deuxième journée d’enchères, l’État est déjà assuré d’empocher au moins 2,65 milliards d’euros pour l’attribution des fréquences de la 5G en France.

 

Organisée par l'Arcep, cette vente aux enchères porte sur onze blocs de 10 MHz que convoitent Bouygues Telecom (Bouygues), Orange, Free (Iliad) et SFR (Altice).

Chacun des blocs de 10 MHz, mis en vente au prix minimum de 70 millions d’euros, a atteint le 30 septembre au soir un nouveau prix de 114 millions. Il était déjà passé à 90 millions au cours de la première journée d’enchères la veille. L’Arcep précise que le processus se poursuivra encore jeudi.

 

Ayant déjà engrangé 1,4 milliard d’euros lors de l’attribution hors enchères de quatre blocs de 50 MHz – un par opérateur -, le montant atteint par les enchères garantit pour l’heure 2,65 milliards à l’État. Orange réclame toujours cinq blocs, suivi par SFR et Bouygues Telecom avec trois blocs chacun puis Iliad avec seulement 2 blocs.

 

 

 Lire l'article

 

Source : Challenges

 

 

 

 

L’Europe enquête sur les importations de fibre chinoise

Le vendredi, 02 octobre 2020. Posté dans Archives Rezopole

L’Europe enquête sur les importations de fibre chinoise

Selon les informations de Reuters, la Commission européenne vient d’ouvrir une enquête sur les importations de câble depuis la Chine vers le Vieux Continent. L’objectif étant de vérifier les pratiques commerciales des fabricants chinois, que leurs homologues européens accusent de vendre à prix trop bas.

 

Suite à une plainte déposée le 10 août dernier par Europacable, le lobby européen des câbliers, une enquête anti-dumping a été enclenchée. Si la Commission Européenne donne raison aux plaignants, cela pourrait aboutir à l’imposition de barrière douanières d’ici 15 mois.

 

Europacable estime que les conditions de commercialisation en Europe de la fibre monomode fabriquée en Chine sont déloyales en raison des tarifs artificiellement bas pratiqués. Dans sa plainte, l’organisation des câbliers s'inquétait aussi de voir cette tendance s’amplifier sur fond d’imposition de barrières douanières sur ces produits chinois aux États-Unis. Ce qui risquerait de réorienter vers l’Europe les volumes non-écoulés outre-Atlantique.

 

Une initiative faisant écho au signal d’alarme tiré depuis un an par le syndicat des industriels français du secteur. Trimestre après trimestre, le Sycabel souligne la forte baisse des commandes de fibre optique à destination du secteur français des télécoms et la hausse concomitante des importations asiatiques.

L’organisation rappelait, dans son dernier bilan trimestriel, les difficultés que faisait peser cette situation sur une “filière française d’excellence”, alors que “des investissements massifs ont été engagés pour accompagner le déploiement du plan France THD”.

 

 

 Lire l'article

 

Source : DegroupTest

 

 

 

 

La fibre gagne (enfin) le marché des PME/TPE

Le mercredi, 23 septembre 2020. Posté dans Archives Rezopole

La fibre gagne (enfin) le marché des PME/TPE

L’accès Internet est devenu un enjeu critique pour les petites entreprises. Depuis la fibre dédiée à de simples accès ADSL/SDSL, quand ce n’est pas une simple box internet grand public, il existe une corrélation directe entre la taille de l’entreprise et la qualité de l’accès Internet. Les TPE et artisans perçoivent souvent assez mal le besoin de payer un abonnement pro plus coûteux que leur accès domestique, jusqu’au jour où leurs bureaux se trouvent privés d’accès Internet plusieurs jours, le temps que leur opérateur les dépanne.

 

Différentes options s’offrent au chef d’entreprise. D’une part, les offres pros de tous les grands opérateurs nationaux. Il s’agit de produits catalogue qui sont ultra-standardisés et industrialisés. Outre une facturation HT, ces forfaits présentent quelques SLA intéressantes, notamment une intervention sous 8 heures en cas de panne, un support client dédié aux professionnels, parfois un backup du lien fixe avec un routeur 4G. Un coût très compétitif s’expliquant essentiellement par le fait qu’elles s’appuient sur les infrastructures Télécom du réseau grand public, ADSL/SDSL ou VDSL sur le réseau cuivre ou FTTH/EPON pour la fibre.

 

Mais revers de la médaille, ces offres sont assez peu flexibles. L’entreprise doit se plier à ce que propose le forfait. Une entreprise souhaitant bénéficier de services plus personnalisés doit se tourner vers des opérateurs typés entreprise capables de faire du sur-mesure.

Sur ce marché cohabitent de gros opérateurs internationaux tels que Verizon et Deutsche Telekom mais aussi une multitude d’opérateurs régionaux ou nationaux comme Avenir Telecom, Bretagne Telecom, Coriolis, Foliateam, Hexatel, Kertel, Teleris ou même OVH. L’intérêt pour une PME de se tourner vers un opérateur uniquement B2B avec une forte présence régionale est de pouvoir bénéficier de services d’intégration qui vont au-delà de la simple installation de la fibre.

Ces petits acteurs rivalisent avec les grands opérateurs et leurs intégrateurs en offrant aux entreprises des services de proximité et cette capacité à entretenir un lien technique et commercial très proche avec leurs clients.

 

Aujourd’hui, ces “petits” opérateurs cherchent à briser leur plafond de verre régional, soit en réalisant des acquisitions, soit en se tournant vers des sources de financement externes. S’il n’y a pas de franche consolidation du marché autour des opérateurs historiques, les acteurs français positionnés sur la fibre obtiennent des financements importants pour se développer, et les cartes sont en train d’être rebattues, notamment sur ce marché fibre.

L’enjeu des acteurs du marché est de recréer de la valeur et c’est la raison pour laquelle on assiste à de nombreuses levées de fonds et changement d’actionnaires. La fibre nécessite de réaliser de gros investissements, mais ce sera la clé pour offrir de nouvelles offres aux entreprises et finalement voir de très hauts débits arriver dans toutes les entreprises, y compris les plus modestes.

 

 

 Lire l'article

 

Source : ZDNet

 

 

 

 

Service universel : Orange sous pression

Le mercredi, 23 septembre 2020. Posté dans Archives Rezopole

Service universel : Orange sous pression

À la suite de plaintes concernant la dégradation du service, l’Arcep avait mis l’opérateur historique il y a deux ans en demeure de respecter ses engagements en 2019. Si de nets progrès avaient été constatés en 2019, la situation est moins satisfaisante au premier semestre 2020, notamment marqué par la crise sanitaire. Le gendarme des télécoms attend de pied ferme l’amélioration promise par l’opérateur historique lors du deuxième semestre.

 

« Les mesures de protection sanitaire restent en vigueur et apportent des contraintes lors des interventions qui diminuent la productivité des ressources d’Orange », avait plaidé Orange dans un communiqué au mois de juillet dernier.

 

Pour rappel, l’opérateur historique a été chargé fin 2017 de fournir une offre de téléphonie fixe à tous les Français pour un tarif abordable et ce pour une durée de trois ans. Il est soumis à une douzaine d’indicateurs de qualité de service listés dans le cahier des charges comportent des seuils chiffrés annuels contrôlés par l’Arcep.

 

 

 Lire l'article

 

Source : 01net

 

 

 

 

FaLang translation system by Faboba